Dames du DOC

Board of Directors 2022-2023

De gauche à droite: Aliaa Khachouk, Isabelle Hayeur, Nicole Giguère, Anik Salas, Ginger Le Pêcheur, Constance Chaput-Raby, Laura Marroquin-Éthier.

Présidente: Anik Salas
Trésorière: Nicole Giguère
Administratrices: Constance Chaput-Raby, Isabelle Hayeur, Aliaa Khachouk, Ginger Le Pêcheur, Laura Marroquin-Éthier, Justine Martin et Marie-Claude Paradis-Vigneault.

 

© Denys Desjardins

Anik Salas, Présidente
Dynamique, c’est ainsi qu’on qualifie Anik Salas, d’où sa passion pour la réalisation, cet art en mouvement. C’est pour elle un engagement, une revendication, qui s’incarne dans différentes formes d’expression. D’abord par son webmagazine [VRÈ], sur l’empowerment des femmes, qu'elle a produit et réalisé, et dans lequel elle a exploré divers enjeux de société. La guerre des bleuets, son premier court-métrage, a remporté un Gold Remi Award et a été diffusé dans 13 salles de cinéma au Québec, en plus de festivals en Europe et aux États-Unis. Son court-métrage As Thou Urgest Justice, basé sur l'œuvre de Shakespeare, a été présenté à Londres dans le cadre des célébrations de l'anniversaire de la mort du dramaturge. De la recherche au montage, Anik tire profit de sa polyvalence pour donner un sens à tout ce qu’elle réalise.

© Alexya Croteau

Ginger Le Pêcheur, Vice présidente
Après un parcours artistique pluridisciplinaire en France, Ginger arrive à Montréal en 2017. Elle gradue d’un baccalauréat en études cinématographiques à l’Université de Montréal avec mention d’excellence. Sa spécificité cinématographique réside dans l’exploration des vécus collectifs et son engagement féministe intersectionnel. Elle est membre du conseil d’administration de Réalisatrices Équitables et coordonnatrice de Colonelle films tout en s’attelant à la scénarisation et la réalisation de ses œuvres. Son premier court-métrage, Reste (2022), fera sa première au festival Regard sur le court métrage du Saguenay et poursuivra son parcours notamment au Vancouver International Film Festival (VIFF).

© Pascal Gélinas

Nicole Giguère, Trésorière
Nicole commence en 1975 sa carrière de réalisatrice avec le collectif Vidéo Femmes de Québec dont elle est une des fondatrices. En dix ans avec Vidéo Femmes, elle signe plusieurs films et vidéos qui vont du documentaire d'intervention sociale au court métrage fiction, en passant par le clip et le film musical. À Montréal depuis 1986, elle travaille comme scénariste et réalisatrice indépendante. Elle navigue avec autant de bonheur entre les documentaires d’auteurs et les séries télévisuelles. Deux de ses films plus personnels traitent de l’adoption internationale: Alice au pays des gros nez, et On me prend pour une chinoise! Son dernier long-métrage documentaire Prisons sans barreaux, co-réalisé avec Isabelle Hayeur, a été lancé en février 2020. Impliquée dans le collectif Réalisatrices Équitables depuis les débuts en 2007, elle participe à plusieurs représentations et activités du groupe, et assure les fonctions de trésorière et de coordonnatrice.

© Justine Martin

Justine Martin, Secrétaire
Justine Martin est une scénariste et réalisatrice établie à Montréal et diplômée de l'Université Concordia en cinéma. Le féminisme, la conscientisation environnementale et le rapport à l’enfance sont des thèmes teintant ses récits. Elle travaille présentement au développement de deux prochains films de fiction tout en s’attelant à l’écriture d’une websérie. En 2021, elle réalise son premier court-métrage documentaire, Oasis, qui est remarqué au FNC, à Dok Leipzig et à IDFA. 

© Luma R. Brieuc/Luma Photographie 2019

Constance Chaput-Raby, Membre du conseil
Constance Chaput-Raby signe son premier film documentaire Entre eux, remarqué à la soirée de la relève des RIDM 2017. Elle travaille actuellement sur le moyen-métrage Sable au Vent, un huis clos en forêt relatant le parcours initiatique d’adolescentes scoutes. Fascinée par le vivre-ensemble, ses oeuvres célèbrent la force du groupe, embrassées d’un regard intimiste. Après des études en journalisme, elle s’entiche du genre documentaire, quand il est cet éloge à la lenteur, ce médium émergeant de la réflexion, qui tend vers une relation rapprochée et dans la durée avec le sujet.

© Anna Lupien

Isabelle Hayeur, Membre du conseil
Productrice, scénariste et réalisatrice, Isabelle Hayeur a écrit et réalisé trois longs métrages de fiction : La bête de foire (1993), prix Luce-Guilbault aux Rendez-vous du cinéma québécois, Les Siamoises (1999), présenté au prestigieux London Institute of Contemporary arts et Le Golem de Montréal (2004), film d’ouverture du festival du film pour enfants de Montréal. Elle poursuit parallèlement une démarche d’adaptation au cinéma d’oeuvres pour la scène et signe, au fil des années, une vingtaine de films et vidéos avec des chorégraphes telles que Ginette Laurin, Marie Chouinard et Susan Marshall à New-York. Elle passe par le documentaire avec un triptyque expérimental présenté à la galerie du Vidéographe Les entartistes, que justice soit fête, puis en 2005, Richard Desjardins lui confie la réalisation sur vidéo de son spectacle Kanasuta, qui ira en nomination à l’ADISQ pour le meilleur DVD de musique. Son dernier court métrage, Une courte histoire de la folie (2015), remporte 3 prix prestigieux puis elle co-réalise avec Nicole Giguère un long-métrage documentaire Prisons sans barreaux (2020). Elle est membre fondateur puis présidente de Réalisatrices Équitables de 2013 à 2019.

© Aliaa Khachouk

Aliaa Khachouk, Membre du conseil
Réalisatrice et productrice syrienne Québécoise avec plus de vingt-cinq ans d’expérience dans la production et la réalisation de courts, de longs métrages et de documentaires. Mon travail traduit mes préoccupations au sujet de l’identité des immigrants et le sens qu’ils donnent à leur appartenance. Mes réalisations ont été reconnues dans plusieurs festivals nationaux et internationaux dont le Festival des Films du Monde, les Rendez-vous du cinéma québécois, le Festival de Cannes, le Festival international du film de Rotterdam, le Festival de MISA à Harvard, ainsi que dans différents autres festivals. Mon long métrage L’autre désirée se trouve à la Bibliothèque et Archives Canada.

© Laura Marroquin-Éthier

Laura Marroquin-Éthier, Membre du conseil
Laura a toujours su qu’elle voulait réaliser des films; petite, elle adorait diriger sa sœur dans les « productions » du dimanche matin, devant deux parents aux yeux encore à demi fermés. Depuis, elle a complété ses études à l’UQAM en cinéma, profil réalisation, où son film de fin d’études Cap aux chiens est par la suite présenté aux RVCQ. Laura est fascinée par les rapports intergénérationnels et le transfert des savoirs et des traditions. Le réalisme magique des endroits coupés du restant du monde et des petits gestes du quotidien des gens qui y habitent est un thème récurrent dans son œuvre. Elle finalise actuellement le montage d’un court métrage documentaire, un portrait sur le village de Cadaqués en Catalogne en plus de préparer son prochain film. Celui-ci portera sur la réappropriation de ses racines salvadoriennes via un moyen métrage documentaire sur le monde indépendant de la transformation du chocolat. Diabétique de type 1, Laura croit fermement qu’en s’impliquant avec Réalisatrices Équitables et grâce à leur soutien, elle pourra être la voix du changement pour les réalisatrices et les artisanes du milieu qui doivent composer avec un handicap.

© Marie-Claude Paradis-Vigneault

Marie-Claude Paradis-Vigneault, Membre du conseil
Anthropologue passionnée d'ethnographie urbaine, Marie-Claude est animée par l'envie de communiquer et de provoquer des rencontres inusitées entre des gens de divers horizons. Détentrice d’une maitrise en anthropologie, elle a également suivi plusieurs formations en communication, en production et en écriture scénaristique. Grâce au soutien d’Amplifier, Marie-Claude réalise en 2017 sa première oeuvre interactive: une cartographie documentaire de la Place Émilie Gamelin. Dessine-moi Gamelin présente dix portraits de gens qui fréquentent cet espace public emblématique de Montréal. Après une première aux Jardins Gamelin en collaboration avec le Quartier des spectacles, son travail a été diffusé dans le cadre de cours collégial et universitaire pour aborder les enjeux du vivre-ensemble, de la gentrification et de l’approche ethnographique en milieu urbain. Dans ses temps libres, Marie-Claude aime flâner dans les places publiques et improviser des conversations avec des inconnus.

Show Buttons
Hide Buttons