Réalisatrices Équitabless

Mary Ellen Davis

Portrait Mary Ellen Davis
© Daniel Hernandez Salazar
Extrait - Territoires - Mary Ellen Davis
© Larry Towell - Magnum Photos
Tournage - Le Pays hanté - Mary Ellen Davis
© Daniel Hernandez Salazar
Extrait - Territoires - Mary Ellen Davis
© Larry Towell - Magnum Photos
Tournage - Los Musicos - Mary Ellen Davis
© Mary Ellen Davis
Tournage - Los Musicos - Mary Ellen Davis
© Mary Ellen Davis
Extrait - Territoires - Mary Ellen Davis
© Larry Towell - Magnum Photos
Tournage - Le Pays hanté - Mary Ellen Davis
© Daniel Hernandez Salazar
Tournage - Le Pays hanté - Mary Ellen Davis
© Daniel Hernandez Salazar

FILMOGRAPHIE

Territoires 
documentaire, 65 min, v.o. anglaise et espagnole avec s.-t. anglais, 2007

Larry Towell est le seul photographe canadien oeuvrant au sein de la prestigieuse agence Magnum Photos. Ce collectif international de photojournalistes se caractérise par une approche résolument humaniste et universelle. Towell est digne de cette tradition. Sa curiosité le guide parfois au coeur de conflits, mais ses oeuvres restent imprégnées d’une intimité toute particulière. Plus qu’un photographe de guerre, Towell se considère d’abord comme un photographe de famille. Ce documentaire révèle l’artiste et l’homme par le biais de ses oeuvres et de ses réflexions sur la vie et sur sa démarche créative. Thèmes: art et culture, société, conflits, histoire, luttes sociales

Diffusion: Bravo!, Télé-Québec, CBC Newsworld et TFO


Un jour en palestine Visionnement du film 
documentaire, 6 min, sans paroles, 2007 (co-réalisé avec Will Eizlini et José Garcia-Lozano)

Scènes de la vie quotidienne dans les Territoires occupés palestiniens, filmées dans le style du cinéma-maison des années soixante, où flotte une impression d’irréalité. Mais au lieu d’une journée à la plage ou sur l’herbe: un mur, un olivier, un bulldozer et des soldats qui harcèlent des grands-mères. Thèmes: société, conflits, histoire, luttes sociales


Los Musicos 
documentaire, 54 min, v.o. espagnole avec s.-t. français ou s.-t. anglais, 2007

Le peuple mexicain est profondément attaché à ses traditions musicales. Des villages jusqu’aux quartiers les plus pauvres de la ville, la musique est présente, et les musiciens toujours disponibles. Peu importe l’occasion, la musique rassemble les familles, les voisins, les amis, et même les inconnus. Elle agit comme un baume pour apaiser les soucis et les incertitudes de la vie. Dans ce documentaire, les musiciens sont nos guides. Ils nous accompagnent aux passionnants fandangos de Los Tuxtlas (sud de l’État de Veracruz) et nous font sillonner les rues de l’immense ville de Mexico. Un remède à la mélancolie! Thèmes: art et culture, société

Diffusion: Milano Film Festival, Festival del Cinema Latino Americano, RVCQ, Festivalissimo, Festival del Centro historico


La Palabra desenterrada
documentaire, 74 min, v.o. espagnole, maya chuj et française avec s.-t. espagnol, 2001
Le Pays hanté
documentaire, 74 min, v.o. espagnole, maya chuj et française avec s.-t. français, 2001
Haunted Land
documentaire, 74 min, v.o. espagnole, maya chuj et française avec s.-t. anglais, 2001

Au Guatemala, deux destins se croisent lors d’un voyage de retour : Mateo Pablo, survivant maya d’un des nombreux massacres perpétrés durant la récente guerre civile, et Daniel Hernández-Salazar, artiste et photographe guatémaltèque dont l’oeuvre scrute et dénonce les séquelles de la violence. Voyageant ensemble vers les hautes terres, ils visiteront le site jadis occupé par la communauté maya de Petanac. C’est à cet endroit que la vie de Mateo a basculé en 1982 lorsque l’armée guatémaltèque a torturé et assassiné sa famille et ses voisins, ne laissant derrière elle qu’un village en cendres, anéanti.Aujourd’hui, la mémoire persiste. Dans les communautés mayas, les survivants se rassemblent autour de fosses creusées par des équipes légistes. Les archéologues déterrent patiemment les disparus, loin des usuels trésors de l’ancienne culture maya. Les ossements, mis à jour, racontent en silence leur propre histoire d’agonie et de terreur. Thèmes: société, conflits, art et culture, autochtones, histoire

Prix Lanza de Siona Amaru, IV Festival de la Serpiente, Ecuador
Honorable Mention, Alucine, IV Toronto Latino Film and Video Festival
Award of Merit, Latin American Studies Association


Mexique mort ou vif Visionnement gratuit du film 
documentaire, 52 min, v.o. française et espagnole avec s.-t. français ou s.-t. anglais, 1996

Terre de soleil, le Mexique est aussi terre de violence. Comme en témoigne Mario Rojas Alba, médecin et ancien député de l’opposition forcé de s’exiler à Montréal après avoir échappé à un attentat. De retour au Mexique, il nous explique ‘le comment du pourquoi’ des mécanismes de la répression politique et de la violence mexicaines.Ce film révèle le côté sombre de cet immense pays, avec lequel le Canada a resserré ses liens depuis l’entrée en vigueur de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) en janvier 1994. Une entente contestée par bon nombre de Mexicains, en particulier les autochtones du Chiapas qui se sont soulevés pour réclamer une société plus équitable et démocratique. À l’occasion de la Journée des morts, les familles et les amis rendent hommage à la mémoire ‘des disparus’ et les veuves des opposants politiques assassinés portent des fleurs sur leurs tombes. Auprès d’eux Mario Rojas réaffirme son engagement pour une transition pacifique vers une démocratie véritable. Il proclame son amour du pays natal où, malgré l’incertitude politique, «les fleurs repoussent chaque printemps». Thèmes: société, histoire, politique, luttes sociales, art et culture


Tierra Madre (Terre sacrée)
documentaire, 54 min, v.o. espagnole et q’eqchi’ avec s.-t. français, 1996
Tierra Madre (Sacred Earth)
documentaire, 54 min, v.o. espagnole et q’eqchi’ avec s.-t. anglais, 1996

Au Guatemala, la terre appartient à peu de gens, et surtout pas aux paysans mayas. Dans un pays assombri par la guerre, la quête d’un lopin à cultiver frise l’épopée! Tel est le propos que ce documentaire illustre à l’aide d’exemples éloquents et courageux.Malgré les arrestations, les menaces, et la destruction de leur récolte, une communauté Q’eqchi défend ses droits ancestraux sur l’une des propriétés d’un agro-exportateur. Ailleurs, parce qu’ils réclament un salaire ou quelques arpents de terre, des paysans Q’eqchi sont accusés d’être des guérilleros communistes. En 1982, l’armée a massacré des milliers de paysans: hommes, femmes et enfants confondus. Dans un des cas, ils étaient venus fonder un village 4 ans plus tôt. Les voisins et les survivants de «Las Dos Erres» racontent.Envers et contre toutes ces injustices et ces tragédies, les gens continuent pourtant à célébrer la vie. La musique, la danse, les cérémonies et les offrandes se poursuivent. L’espoir triomphera-t-il de la violence? Terre sacrée dévoile le courage et la foi d’un peuple en quête de paix. Thèmes: luttes sociales, autochtones, société, conflits, histoire

Medianet Award, Festival de Munich, Allemagne
Premio al valor testimonial – V Festival Americano de Cine y Video de Pueblos Indígenas y Naciones Originarias, Santa Cruz, Bolivie


Las Quimeras del diablo (Le Songe du diable)
documentaire, 68 min, v.o. espagnole et quiché avec s.-t. français, 1992
Las Quimeras del diablo (The Devil’s Dream) 
documentaire, 68 min, v.o. espagnole et quiché avec s.-t. anglais, 1992

De la danse folklorique des 24 Diables surgit une nouvelle perspective sur la réalité du Guatemala. Les Diables dévoilent un puissant antagonisme, qui surgit des temps modernes et de la mythologie. En guerre contre l’humanité, ils entament la «capture des âmes», escortés par la Mort qui décrète la fin du genre humain.Le Guatemala, un pays scindé entre autochtones et blancs, riches et pauvres, civils et militaires. Sur les plantations de coton, les autochtones ne gagnent que deux dollars par jour, et leurs enfants, moins de la moitié de ce montant. Oser protester, c’est risquer sa propre vie. Ce documentaire donne la parole aux Guatémaltèques.Embrassant lyrisme, réalisme et ironie, Le Songe du Diable sillonne l’univers paradoxal de ce pays. On y explore la beauté des paysages, les habitants et leur richesse culturelle, mais on s’y heurte aussi à des conditions de vie ingrates, au spectre omniprésent de la violence, et à un sentiment envahissant d’absurdité. Thèmes: société, autochtones, art et culture, conflits, luttes sociales

Prix du jury, Festival Cinéma et Monde Rural, St-Flour, France
Silver Apple, National Educational Film & Video Festival, Oakland, Californie
Award of Merit, Latin American Studies Association


Nelson Symonds Jazz Guitarist
documentaire, 27 min, anglais, 1984
Nelson Symonds Quartet
documentaire, 15 min, anglais, 1984

Deux films sur le guitariste montréalais Nelson Symonds, dont le style chaleureux et lyrique a conquis les amateurs de jazz canadiens, et lui a mérité l’admiration de nombreux collègues américains… Un musicien intègre, visant toujours l’excellence. Thèmes: art et culture

BIOGRAPHIE

Née à Montréal, Mary Ellen Davis a vécu en France et au Québec. Lors de ses études en cinéma à l’Université Concordia, elle filme le guitariste de jazz montréalais Nelson Symonds. Deux courts métrages en résulteront, sortis en 1984.
À partir de 1988, elle séjourne au Guatemala, où elle tournera Le songe du diable et Tierra Madre, qui dénoncent les injustices profondes dans ce pays, tout en rendant hommage à son peuple, ses luttes, ses cultures. En 2001, elle achève Le pays hanté, aussi tourné au Guatemala, une exploration de la mémoire historique en compagnie de Mateo Pablo, survivant d’un massacre, et de Daniel Hernández-Salazar, photographe guatémaltèque.
En 1994-95 elle tourne Mexique mort ou vif à propos de la violence de l’État mexicain contre l’opposition.
En 2007, Davis achève Territoires, sur le photographe canadien Larry Towell; Los músicos, filmé au Mexique; Un jour en Palestine, court métrage co-réalisé avec José Garcia-Lozano et Will Eizlini.
Elle est co-programmatrice du volet film et vidéo de Présence autochtone depuis 1997, et de Regards palestiniens depuis 2007. À partir de 1999, elle enseigne à temps partiel la production cinématographique à l’École de Cinéma (Univ. Concordia). En 2013 elle a enseigné au Cine-Institute (Haiti).

COURRIEL
medmtl2012@@null@gmail.com

SITE WEB
www.maryellendavis.net

Show Buttons
Hide Buttons