Réalisatrices Équitabless

La parité en chiffres

Depuis deux ans, plusieurs mesures pour pallier au manque de réalisatrices ont été instaurées dans les institutions qui financent les arts médiatiques. Vous le constaterez en consultant les statistiques qui suivent. Oui, la parité a déjà porté des fruits !

En mars 2016, Claude Joli-Coeur a ouvert le bal en instaurant un objectif de parité pour les réalisatrices (nombre de projets ET budgets alloués) à l’ONF. Si la parité n’était pas trop difficile à atteindre dans le Studio Documentaire - durant les années où Monique Simard était directrice générale le nombre de femmes documentaristes s’approchait du 50/50 – il faudra probablement plus de temps pour atteindre la parité dans le Studio Interactif, où les femmes sont peu présentes. L’ONF a aussi annoncé récemment un objectif de parité chez les artisanes et techniciennes oeuvrant sur les productions de l’ONF. Une belle aventure à suivre.

Environ un an plus tard, Carolle Brabant, directrice générale de Téléfilm Canada, annonçait elle aussi un objectif de parité pour les réalisatrices, les scénaristes et les productrices. Les résultats sont déjà très encourageants. La parité, facilement atteinte dans les programmes émergeants et en documentaire, a donné un bon coup de pouce dans le programme de long métrage fiction à petit budget, mais peine à se faire sentir en long métrage fiction à gros budget, incluant les coproductions internationales. En espérant que cette belle lancée continuera d’ici 2020.

Johanne Larue, directrice générale directrice générale du cinéma et de la production télévisuelle à la SODEC, a elle aussi instauré des mesures incitatives. Tout d’abord, l’admission des projets a été beaucoup assouplie – ce qui favorise autant les hommes que les femmes. Ensuite, une nouvelle règle a été mise en place. Les producteurs qui désirent demander du financement pour un deuxième projet doivent maintenant s’assurer qu’il est scénarisé OU réalisé par une femme. Cette mesure est controversée parmi les membres de RÉ, car elle coupe la poire en deux entre scénaristes et réalisatrices. Mais on sent tout de même un vent de changement et un nombre croissant de projets réalisés par des femmes, surtout en documentaire, ont été financés lors des derniers concours.

Est-ce que le milieu des arts médiatiques et les institutions feront en sorte que ces mesures dureront ? Seul l’avenir nous le dira. À Réalisatrices Équitables, nous le souhaitons ardemment.

La Part des réalisatrices dans l’enveloppe des institutions
2013 à 2016
 

*Les projets et budgets mixtes ont été répartis également entre hommes et femmes. 5% des projets n'ont pas été attribués à un genre ou l'autre. Le pourcentage entre parenthèse est la proportion si on ne tient pas compte des projets non attribués.

La Part des réalisatrices dans l’enveloppe des institutions publiques
Depuis les mesures en vue de la parité
(2017-2018)

Faits saillants

On remarque une augmentation dans le nombre de projets déposés par les producteurs ayant une femme à la barre de la réalisation à la SODEC. Il est fort probable que c’est le cas aussi à Téléfilm. L’objectif des institutions (et de Réalisatrices Équitables!) d’inciter les producteurs à oser produire des projets de femmes semble être en voie d’être atteint.

Sans avoir des chiffres qui se comparent parfaitement, on remarque une nette amélioration à Téléfilm et à la SODEC depuis les mesures visant la parité. On constate que le nombre de projets acceptés et les fonds attribués aux réalisatrices ont doublé. Rappelons que l’objectif de parité de Téléfilm se situe en 2020. Espérons que d’ici là, les améliorations continueront à se faire sentir.

À l’ONF, on remarque un pourcentage à peu près semblable de femmes à la réalisation, mais si on y additionne les réalisations mixtes, les femmes passent le cap du 50%! Rappelons que dans les écoles de cinéma, les femmes étudient pour réaliser du documentaire (film et télévision) entre 43 et 60%. Les chiffres de l’ONF commencent à refléter la demande des femmes pour exercer ce métier.

On remarque que, bien qu’il n’y ait eu aucune mesure pour redresser la présence des femmes aux conseils des arts, ils sont, avec l’ONF, les chefs de file en matière de parité. Comme on l’a constaté dans le passé, quand les cinéastes peuvent demander eux-mêmes les financements de leurs projets sans intermédiaire (des producteurs, distributeurs et télédiffuseurs), les chiffres se rapprochent de la parité.


(1) et (2) Données fournies par Sophie Therrien de Téléfilm Canada.
(3) Données fournies par la directrice générale du cinéma et de la production télévisuelle Johane Larue lors du panel sur la parité aux RVQC 2018. Données sur les projets déposés en production à l'automne 2017 et hiver 2018.
(4) Données fournies par l’ONF dans leur communiqué du 6 mars 2018. Tous les studios des Programmes anglais et français
(5) Données provenant du site web: https://conseildesarts.ca/recherche. Données ouvertes 2016-2017 (Excel). Arts médiatiques. Subventions aux artistes du cinéma et de la vidéo. Province de Québec
(6) Données fournies par Geneviève Picard, Conseillère en communication à la Direction des communications et de la promotion des arts et des lettres au CALQ. Volet "Recherche et création" en Cinéma et Vidéo pour l'exercice 2017-2018

Show Buttons
Hide Buttons